6 décembre 1882 : Décès de Louis Blanc à Cannes.

Photographie de Louis Blanc.

Membre du gouvernement provisoire de 1848, représentant de la Seine à l’Assemblée constituante du 23 avril 1848 au 26 mai 1849 ; représentant à l’Assemblée nationale du 8 février 1871 au 7 mars 1876, puis député de la Seine et de Paris du 8 février 1871 au 6 décembre 1882.

Né à Madrid en 1811, il rentre en France à l’âge de 7 ans avant puis s’établit à Paris où il publie son premier livre : l’Organisation du travail (1839), au sein duquel ses idées socialistes sont méthodiquement exposées. Comme moyen, il propose un vaste système d’association entre les travailleurs solidarisés et commandités par l’État au moyen d’un budget spécial, dont il indique les éléments et pour l’application duquel il réclame la création d’un ministère du travail.
Lors des événements de février 1848, il est porté au pouvoir par l’acclamation populaire et fait partie du gouvernement provisoire. Il obtient de la majorité l’abolition de la peine de mort en matière politique, ainsi que la création d’une « commission de gouvernement pour les travailleurs », dont il est nommé président et qui siège au Palais du Luxembourg. Forcé à l’exil dès 1849, il s’établit en Angleterre où il achève la publication de son Histoire de la Révolution française (1862).

Dès qu’il connait la proclamation de la République de 1870, Louis Blanc rejoint Paris. En février 1871, il est élu représentant de la Seine à l’Assemblée nationale et devient Président de l’Union républicaine (extrême-gauche) dans les derniers mois de la législature. En 1876 il entre comme l’élu du 5e arrondissement de Paris et est réélu le 14 octobre 1877. Réélu encore le 21 août 1881 par la 1re circonscription du 5e arrondissement, Louis Blanc, dont l’état de santé s’est affaibli, ne prend plus, jusqu’à sa mort, qu’une faible part aux discussions parlementaires. Il meurt à Cannes, où il s’était retiré le 6 décembre 1882.